GUIDE

AGENDA Diagnostics analyse les pathologies lors des diagnostics immobiliers, découvrez quelques chiffres, pathologies et solutions sur le diagnostic Amiante :

 

Indicateur amiante

Une affaire d’états 

Aucun matériau n'a été aussi réglementé que l'amiante, depuis son interdiction en 1997. C'est dire l'attention qu'y portent les pouvoirs publics.
Légitime, selon les autorités sanitaires, puisque 100 000 décès liés à l'amiante sont attendus d'ici à 2050.
En fait, il existe plusieurs types de constats amiante : un pour la vente des logements, un pour la vente des autres types de locaux ainsi que pour les parties communes d'immeubles collectifs (DTA : dossier technique amiante), et un pour les logements des immeubles collectifs (DA-PP : dossier amiante parties privatives).


Mission anti-amiante

La mission Amiante 

Il existe plusieurs types de constats amiante : un pour la vente des logements, un pour la vente des autres types de locaux ainsi que pour les parties communes d’immeubles collectifs (DTA ou Diagnostic technique amiante). Et un pour les parties privatives des immeubles collectifs (DA-PP ou Dossier amiante parties privatives).

Le diagnostiqueur procède au repérage des matériaux suspects et réalise les sondages et prélèvements nécessaires à l’établissement du rapport de repérage amiante.


bâtiment

Amiante en bon état

La présence d’amiante dans les locaux n’est pas forcément synonyme de danger imminent. Tout dépend du matériau, et de son état de conservation. L’amiante-ciment, appelé aussi fibrociment (près de 90 % de l’utilisation de l’amiante dans le bâtiment) est beaucoup moins émissif qu’un flocage ou un calorifugeage. En bon état, l’amiante peut rester en place, sans risque pour les occupants. À condition bien sûr de ne pas intervenir sur ces matériaux.


Matériau dégradé

État de conservation

Un matériau en bon état peut se dégrader au fil du temps. D’autant plus rapidement s’il est exposé à des facteurs de dégradation comme les chocs et les vibrations.
Le diagnostiqueur évalue l’état de conservation de chaque matériau ou produit, ce qui implique des obligations réglementaires ou des recommandations de gestion : surveillance périodique, mesures d’empoussièrement et/ou travaux de retrait ou d’encapsulage.


Désamiantage

Obligation de retrait

La réglementation n’impose le désamiantage que pour les matériaux et produits en mauvais état de conservation, susceptibles donc d’émettre «spontanément» des fibres d’amiante. Ils doivent être retirés ou encapsulés par des professionnels du désamiantage certifiés.


Perçeuse

Repérage non exhaustif

Qu’un constat vente n’ait pas repéré d’amiante ne signifie pas forcément que les locaux en sont exempts. Le diagnostic fourni lors de la transaction est basé sur un repérage non destructif portant sur une liste limitée de matériaux et produits. Avant tous travaux de rénovation ou de démolition, la réglementation impose un autre type de repérage, destructif et exhaustif.


Plaques amiantées

Déchets amiantés

Plaques en fibrociment entreposées dans le jardin, dalles plastiques stockées au grenier... Si ces matériaux sont antérieurs à 1997, ils sont probablement amiantés : ils doivent donc être manipulés avec précaution, et évacués vers une déchetterie spécialisée.


Quelques recommndations

 

Les matériaux contenant de l’amiante peuvent libérer des fibres d’amiante en cas d’usure anormale ou lors d’interventions mettant en cause l’intégrité du matériau (par exemple : perçage, ponçage, découpe, friction...). Ces situations peuvent alors conduire à des expositions importantes si des mesures de protection renforcées ne sont pas prises.
Il est recommandé aux particuliers d’éviter toute intervention directe sur des matériaux contenant de l’amiante, ainsi que toute opération de désamiantage ou de démolition, et d’avoir recours, dans de telles situations, à des professionnels.
Les déchets doivent être évacués vers des décharges spécialisées.