Amiante avant-travaux : Un préalable indispensable à une rénovation énergétique

Le repérage amiante avant-travaux permet d’optimiser la gestion du chantier. On parle beaucoup de rénovation énergétique ces derniers temps. Avec son nouveau plan présenté au printemps, le Gouvernement entend doper cette rénovation énergétique affichant un ambitieux objectif de 500 000 logements rénovés chaque année.

Et qui dit travaux de rénovation, sous-entend repérage amiante en prélude. Indispensable en matière de prévention des risques bien sûr, indispensable aussi pour une saine gestion du chantier. Le retrait d’amiante coûte cher, et sa découverte peut amener à revoir le programme des travaux et les budgets alloués. Mieux vaut donc intégrer ce repérage le plus exhaustif possible très en amont, pour ensuite s’épargner des déconvenues.

Dans un contexte de rénovation, le repérage amiante avant-travaux permet ainsi d’optimiser la gestion du chantier, y compris sur le plan financier.

Si le ministère du Travail envisage la parution d’un décret modificatif pour revoir le calendrier d’entrée en vigueur du repérage avant-travaux initialement annoncé pour le 1er octobre 2018 (selon le décret du 9 mai 2017), en matière d’immeubles bâtis, la date ne devrait guère bouger. Un arrêté d’application pour encadrer ce repérage est attendu dans les prochaines semaines.

En attendant, ce repérage demeure une obligation incontournable dans les immeubles bâtis avant 1997, pour prévenir tout risque d’exposition des salariés et des occupants d’un immeuble.