Mérule, les arrêtés préfectoraux se multiplient

L’information mérule gagne du terrain. Depuis un an, on voit émerger les premiers arrêtés préfectoraux pour fournir cette information voulue par la loi Alur. Des arrêtés souvent timides, reconnaissons-le, puisque l’obligation d’information mérule à la vente reste cantonnée pour le moment à une commune, un quartier, voire une rue.

À l’exception du Finistère où tout le département a été placé en zone à risque, et où certaines communes doivent même pousser plus loin avec un état parasitaire obligatoire avant chaque vente. Le Finistère inspirera-t-il d’autres territoires ? Après tout, si le département est l’un des plus touchés de France, il est bien loin d’être le seul.