DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE

Ce que la réforme peut encore améliorer en 2019

Dans son Plan de rénovation énergétique dévoilé en avril, le Gouvernement entend accorder un rôle plus important au DPE des locaux à usage d’habitation. Une information plus affinée encore, une méthode harmonisée, des préconisations plus fournies…

Bien sûr, personne ne connaît encore avec précision les contours de ce nouveau DPE annoncé pour 2019. Mais le ministère en a déjà livré les grandes lignes.

Une méthode harmonisée. La méthode sur factures semble bel et bien condamnée. A l’avenir, seule la méthode 3CL devrait être conservée au prix de quelques aménagements lui permettant de mieux fonctionner dans le bâti ancien. Par ricochet, les DPE sans étiquette devraient - enfin ! - disparaître.

Un DPE mieux expliqué. Renforcer la pédagogie encore et encore, car après 10 ans de bons et loyaux services, ce DPE reste parfois mal compris. Le Plan de rénovation énergétique veut rendre le DPE « plus lisible, plus compréhensible et numériquement accessible ». Il devra notamment expliquer pourquoi l’estimation conventionnelle diffère des consommations réelles, selon les habitudes des occupants.

Des préconisations renforcées. C’est un aspect non évoqué dans le Plan de rénovation énergétique, mais qui pourrait bien apparaître dans le nouveau DPE. Sans aller vers une étude de rénovation énergétique, le nouveau DPE pourrait bien à l’avenir proposer des solutions de travaux plus adaptées qu’elles ne le sont aujourd’hui.

Une fois ce chantier accompli, le Gouvernement entend faire du DPE un véritable levier pour la rénovation énergétique. Quitte à y adosser de nouveaux dispositifs fiscaux et des aides à la rénovation, le Plan de rénovation énergétique y songe aussi...

 

« Sans aller vers une étude de rénovation énergétique, le nouveau DPE pourrait bien à l’avenir proposer des solutions de travaux plus adaptées. »