Le palmarès des anomalies

Deux tiers des logements présenteraient des signes d'insécurité électrique selon l'association Promotelec. Et pour le gaz, ce n'est guère mieux...

Côté électricité, le champion demeure le défaut de mise à la terre, anomalie rencontrée dans près de huit logements sur dix ! La mise à la terre demeure cependant essentielle pour se protéger des contacts indirects sur les appareils électriques : éviter, par exemple, de se faire électriser/électrocuter en touchant le capot de la machine à laver. Autre risque couramment relevé par les diagnostiqueurs : les matériels inadaptés aux usages actuels, ou trop anciens. Trois logements sur quatre sont concernés. En règle générale, le matériel électrique antérieur à 1980 est la plupart du temps vétuste.
Au rayon gaz, on trouve aussi de grands classiques. Comme la bouche d'aération des locaux obturée parce qu'il existait un petit courant d'air frais. Cette ventilation reste cependant indispensable pour assurer l'évacuation des produits de combustion des appareils non raccordés. De même, nos opérateurs tombent souvent sur des tuyaux flexibles en mauvais état voire périmés. Deux exemples choisis parmi d'autres, qui montrent combien il est parfois facile de lever une anomalie.
Aller plus loin :
pahthologie diagnostic electricité
• Retrouvez les principales pathologies des diagnostics électricité et gaz ainsi que des conseils sur www.agendadiagnostics.fr
• Vous pouvez également commander gratuitement notre guide des pathologies (guidediagnostics@agendadiagnostics.fr).